Comparatif et guide d’achat des meilleurs récupérateurs d’eau de pluie

Le récupérateur d’eau de pluie est l’équipement économique, écologique et pratique de toutes les familles astucieuses ! Facile d’installation et d’entretien, il représente un investissement accessible à tous pour profiter gratuitement d’une eau douce de bonne qualité.

L’eau devient une ressource rare que nous devons protéger et surtout éviter de gaspiller. Les périodes de sécheresse et de restriction d’eau sont de plus en plus récurrentes. Utiliser de l’eau potable pour laver un véhicule, par exemple, est en passe d’être un geste absolument impensable de nos jours. Pourtant certains continuent de le faire !

Installer une cuve de récupération d’eau de pluie est la bonne solution. Notre consommation d’eau est à 40-50 % non potable. La facture moyenne des foyers français est de 580 euros par an. Donc, il est possible de réduire sa facture d’eau de près de la moitié, soit 290 euros. Vous ne saviez pas qu’autant d’argent coulait sur votre toit et dans vos gouttières ! C’est absolument irrésistible comme argument, non ?

À travers ce site internet, vous allez découvrir tout sur la récupération d’eau de pluie. Vous pourrez parcourir ci-après le guide d’achat pour faire la meilleure acquisition possible. Vous allez aussi pouvoir consulter les différentes pages de comparatifs avec de nombreux modèles de cuves d’eau. Enfin, vous pourrez en apprendre davantage avec nos différentes pages de conseils.

Récupérateur d’eau de pluie : le top 2020

De 1000 litres :

▷ Volume idéal pour un foyer français
▷ Adapté à de nombreux usages
▷ Pour faire des économies notables
récupérateur d'eau de pluie 1000l n°1
De 300 litres d’eau :

▷ Solution facilement accessible
▷ Nombreux modèles disponibles
▷ Parfait pour un premier achat
récupérateur d'eau de pluie 300l n°1
Enterré :

▷ Volume de stockage important
▷ Citerne protégée et durable
▷ Dédié aux familles exigeantes
récupérateur d'eau de pluie enterré n°1
Mural :

▷ Intégration discrète le long d’une descente de gouttière
▷ Offre relativement abondante et variée
▷ Nombreux modèles bon marché
récupérateur d'eau de pluie mural n°1
Design :

▷ Pour embellir votre jardin ou terrasse
▷ Nombreux styles esthétiques disponibles
▷ Produits qualitatifs tout en restant abordables
récupérateur d'eau de pluie design n°1
Pompe :

▷ Indispensable pour certains usages
▷ Accessoire ultra pratique sans être trop cher
▷ Nombreux critères de sélection
pompe pour récupérateur d'eau de pluie n°1
Pas cher :

▷ Spécial petits budgets
▷ Solution d’entrée de gamme
▷ Bons plans pour commencer à faire des économies
récupérateur d'eau de pluie pas cher n°1

Comment fonctionne la récupération d’eau pluviale ?

L’objectif d’un récupérateur d’eau de pluie est de collecter l’eau pluviale qui tombe sur les toitures de votre habitation et de ses dépendances de façon gratuite. Cette eau collectée servira ensuite à divers usages : arrosage du potager, lavage de la voiture, alimentation d’un bassin, voire eau domestique pour les toilettes ou la machine à laver.

Le fonctionnement de la récupération d’eau de pluie repose sur le système de gouttières installé sur les différents toits de vos bâtiments (maison, garage, abri de jardin, …). Ces gouttières vont récupérer l’eau qui ruisselle pour la drainer vers une cuve de stockage. Cette dernière peut être aérienne (c’est-à-dire posée à l’extérieur ou l’intérieur de vos locaux) ou enterrée dans votre propriété.

L’eau stockée peut être utilisée pour vos besoins selon différentes méthodes. Pour les récupérateurs aériens, un simple robinet placé au bas du réservoir va vous permettre de remplir un arrosoir. Certains ont aussi installé un système d’arrosage automatique fonctionnant uniquement grâce à la gravité, à condition de bénéficier de déclivité.

Par ailleurs, la distribution de l’eau des gouttières peut aussi se faire par l’intermédiaire d’une pompe électrique. En offrant une pression suffisante, elle va permettre l’installation d’un tuyau d’arrosage ou de canalisations entrant dans votre maison.

Pourquoi acheter un récupérateur d'eau de pluie ?

Pour gagner en pureté de l’eau collectée, il est possible d’installer une filtration en amont de la cuve. Il peut s’agir de simples grilles ou filets pour retenir les feuilles mortes et autres débris végétaux qui tombent dans la gouttière. Il existe aussi des filtres installés entre la descente du toit et la cuve.

Pour transformer l’eau pluviale en une eau potable, propre à la consommation alimentaire, il est nécessaire de mettre en place un système de purification et aussi d’analyse de l’eau. Cette démarche, militante, est plutôt coûteuse et peu rentable.

Pour éviter les débordements du récupérateur d’eau de pluie, un système de trop-plein doit être placé pour raccorder la cuve au réseau d’évacuation des eaux pluviales.

Réservoir d’eau de gouttière : Quels avantages ?

La récupération d’eau pluviale offre de nombreux bénéfices. En voici les principaux :

  • Utiliser gratuitement de l’eau
  • Économiser l’eau intelligemment sans perdre en confort
  • Faire baisser votre facture d’eau (qui ne cesse d’augmenter chaque année)
  • Investir durablement et à faible coût dans un système utile ne nécessitant que peu d’entretien
  • Bénéficier d’un stock d’eau pour de nombreux usages (arrosage, lavage, chasse d’eau, …)
  • Disposer d’une eau douce, généralement de bonne qualité, à température ambiante
  • Ne pas être impacté par les restrictions à la consommation d’eau de plus en plus courantes en période estivale
  • Éviter de gaspiller de l’eau potable pour des usages n’en nécessitant pas
  • Diminuer l’utilisation de certains produits ménagers (car l’eau pluviale est peu calcaire et favorise l’efficacité des détergents)
  • Allonger la durée de vie de vos équipements ménagers grâce à l’absence de tartre dans l’eau pluviale
  • Disposer d’une certaine autonomie de ressource en eau
  • Faire une action concrète de développement durable pour la préservation des ressources naturelles
  • Être un citoyen responsable, conscient de son rôle écologique
  • Limiter les risques d’inondation, en cas de fortes intempéries

À noter que si vous disposez d’une entreprise, la récupération d’eau peut aussi représenter une bonne affaire. Dans les milieux professionnels (agriculture, pépinière, industrie, …), de nombreux usages peuvent bénéficier de cette eau douce pluviale.

Choisir une cuve : Quels usages ?

L’eau pluviale est une eau douce d’assez bonne qualité. Néanmoins, elle ne remplit pas les critères pour être considérée comme une eau potable. En effet, selon les régions et les toitures, les eaux de pluie peuvent contenir plus ou moins de :

  • Matières organiques
  • Micro-organismes
  • Pesticides
  • Nutriments
  • Acidité
  • Polluants chimiques, tels que cuivre, plomb, zinc, chrome, fer, manganèse, …
  • Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Avant de vous lancer dans l’acquisition d’un récupérateur d’eau pluviale, il est important de faire le tour des utilisations que vous en aurez. Il est possible de l’employer pour :

  • Arroser votre jardin : potager, serre, massifs, fleurs, jardinières, pelouse, … qui avec le lavage de la voiture représente 6 % de la consommation d’eau potable d’un ménage français moyen (selon l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques – ONEMA)
  • Laver la voiture, les deux-roues, le mobilier de jardin, le cabanon métallique ou autre, la terrasse, la balançoire, les sols de la maison, …
  • Remplir la chasse d’eau, qui représente 20 % de la consommation d’eau potable
  • Faire les lessives (machine et main) qui représente 12 % de la consommation d’eau potable
  • Remplir le bassin d’agrément
Installer un récupérateur d'eau de pluie sur une gouttière

Pourquoi collecter l’eau des toits est-il indispensable ?

La récupération d’eau pluviale a un intérêt pratique et financier que chacun peut voir. Elle est également une démarche indispensable pour d’autres raisons, plus profondes.

Voici la minute militante de ce guide d’achat ! Contrairement aux idées reçues, l’eau n’est pas une ressource abondante et inépuisable. Les nappes phréatiques se vident un peu plus d’année en année. Avec la multiplication des périodes de canicule et le changement climatique, les périodes de restrictions de consommation d’eau sont de plus en plus nombreuses et longues durant l’été. Elles sont le témoin le plus concret, criant et évident de l’épuisement de la ressource.

Les autorités sont face aux challenges de la collecte d’eau. Selon certaines régions, il est parfois devenu difficile de disposer de points de collecte d’eau potable de qualité en quantité suffisante au vu de l’explosion des besoins. De plus en plus de collectivités soutiennent d’ailleurs concrètement les projets d’installations de récupérateurs d’eau de pluie. Il y a fort à parier qu’elles deviendront de plus en plus nombreuses à s’engager dans de telles initiatives.

Le problème, c’est que nous gaspillons l’eau. Parce que nous utilisons l’eau du robinet, c’est-à-dire une eau potable d’excellente qualité, pour des usages n’en nécessitant pas, tels que la chasse d’eau ou le nettoyage. Parce que notre confort moderne (fait de douches quotidiennes quand ce n’est pas de bains) exige d’amples quantités d’eau. Ces différents paramètres font que notre consommation d’eau potable explose.

La consommation d’eau potable est estimée à 143 litres par jour et par personne en moyenne, selon l’ADEME. Or, seulement 1 % de celle-ci est bue. L’eau coûte 3,92 €/m³ en moyenne en zone d’assainissement collectif au 1er janvier 2014. La facture d’eau est donc de 580 € par an pour une famille de 4 personnes.

Valoriser un toit avec un récupérateur d'eau de pluie

Guide complet : Comment choisir votre citerne ?

Vous allez découvrir à travers ce guide d’achat d’un récupérateur pluvial tous les critères à observer pour faire le bon achat. Laissez-vous accompagner par cette présentation de toutes les caractéristiques indispensables !

Pour faire le meilleur choix pour vous et votre famille, commencez par répondre à ces quelques questions :

  • Quelle surface de votre toiture allez-vous utiliser ?
  • Où pouvez-vous implanter une citerne d’eau ?
  • Comment souhaitez-vous utiliser l’eau récupérée ?

Quel volume de cuve choisir ?

Pour décider du volume de votre récupérateur d’eau de pluie, vous pouvez intégrer les critères suivants :

  1. Les usages prévus
  2. La surface collectée de votre toit
  3. La pluviométrie

1. Les usages prévus

Pour déterminer le bon volume de votre récupérateur d’eau, vous pouvez tenir compte des usages que vous aurez de votre système et des données de consommation moyenne :

  • Entretenir les espaces verts consomme 15 à 20 L par m² qui peuvent beaucoup varier selon la région, la période de l’année, les sécheresses, les types de plantation, …
  • Laver une automobile consomme environ 200 L, si vous le faites au jet d’eau, ou entre 10 et 20 avec un seau et une éponge.
  • Tirer une chasse d’eau représente entre 5 et 10 L selon le système, mais bien plus pour les très vieux dispositifs. Généralement, on compte une moyenne de 4 chasses d’eau par personne par jour.
  • Faire tourner un lave linge consomme entre 45 et 110 L par machine selon sa classe énergie mentionnée sur son étiquette. Nous faisons en moyenne 5 lessives par semaine et par foyer.

2. La surface collectée de votre toit

Selon la configuration de vos bâtiments, vous pouvez avoir plus ou moins de surface de toiture à raccorder à votre récupérateur d’eau. Une maison traditionnelle à double pan offre deux emplacements pour la collecte de l’eau pluviale. Si vous avez une annexe, un garage, un appentis, un abri de jardin, une étable, …, vous aurez davantage d’options.

D’ailleurs, si vous disposez de plusieurs emplacements, vous pouvez opter pour un premier projet à court terme, puis d’autres dans un second temps, si vos besoins ne sont pas totalement couverts. À mesure que vous allez utiliser l’eau de pluie, vos usages peuvent se développer.

Collecter avec un récupérateur d'eau de pluie

3. La pluviométrie

Selon les régions, la capacité de récupération des eaux de pluie varie. Il faut tenir compte des précipitations moyennes de votre commune pour définir votre projet.

Mais, attention, si vous utilisez votre récupérateur exclusivement pour votre potager, vos besoins en eau seront concentrés sur les plus beaux mois de l’année. Aussi une forte pluviométrie hivernale ne vous aidera pas ! Dans ce cas, il est nécessaire de tenir compte des pluies estivales, voire printanières, pour dimensionner correctement votre projet.

Le type de bac : enterré ou aérien

Les cuves de stockage des eaux de pluie sont, soit :

  • Enterrées dans votre jardin
  • Aériennes, posées en bas d’une gouttière à l’extérieur ou à l’intérieur de vos bâtiments

Elles présentent des volumes très variés. Un récupérateur aérien fait généralement entre quelques dizaines de litres à 1.000 litres. Il est cependant possible d’en trouver jusqu’à 9.000 L. Une cuve enterrée offre le plus souvent entre 1.000 et 10.000 litres, mais elle peut être encore bien plus volumineuse.

Pour les plus gros litrages, les cuves enterrées sont généralement privilégiées. Si vos besoins sont importants, les cuves souples peuvent aussi être une bonne option. Il est préférable de vous orienter vers une cuve enterrée, si :

  • Vous entretenez un vaste potager, des serres et des plantations gourmandes en eau
  • Vous souhaitez utiliser l’eau de pluie pour des usages domestiques

Une cuve enterrée exige l’installation d’une pompe pour distribuer l’eau de collecte. Par contre, un modèle aérien peut se suffire à lui-même. Il vous suffit alors de tourner le robinet pour prendre de l’eau, comme pour l’eau potable de votre maison. C’est pour cette raison qu’il faut veiller à ce qu’il soit sur-élevé.

Il est possible de relier plusieurs citernes extérieures les unes aux autres. Une cuve à poser peut être installée sur un balcon pour alimenter un appartement en eaux de pluie. Il faut, dans ce cas, tenir compte de la charge que le bacon peut supporter et demander l’autorisation du syndic de copropriété.

Un récupérateur d’eau pluviale enterré est plus coûteux qu’un bac aérien. Il va nécessiter l’intervention d’un professionnel pour son installation. Une fouille devra être réalisée. De plus, son entretien est plus complexe.

Le choix entre les deux types de cuves se fait également en fonction de vos possibilités d’implantation. Tous les terrains ne se prêtent pas à un terrassement, indispensable à l’installation d’une cuve enterrée. Il doit, en plus, respecter plusieurs contraintes :

  • À proximité des gouttières des bâtiments
  • À côté de l’endroit où votre canalisation va entrer dans la maison
  • À un mètre de profondeur de la surface du sol
  • À 1,20 m de distance minimum de votre habitation
  • Idéalement hors du passage des véhicules
  • À un endroit accessible aux engins de chantier

Quelle matière choisir ?

Une citerne d’eau pluviale peut être en trois principales matières :

  • le plastique (polyéthylène) : Solution économique, il est très répandu pour tous les modèles, à poser comme à enterrer.
  • le béton : Plus onéreux, il va nécessiter l’intervention d’un professionnel et conserver une eau plus sainement.
  • les textiles souples : Ne nécessitant pas de vidange hivernale, ils peuvent contenir un grand volume et servir également de réserve à incendie, mais sont relativement chers.

Il en existe aussi dans d’autres matières moins communes : la fibre de verre et le ferrociment (pour les cuves enterrées), par exemple.

Quelles autres caractéristiques importantes dans le choix d’un réservoir d’eau ?

Un récupérateur d’eau de pluie selon le budget

Faire le meilleur choix demande aussi que vous respectiez un budget. Tenez compte de vos capacités financières au moment de votre acquisition. Cependant, anticipez les économies financières de consommation d’eau que vous allez réaliser.

Pour tirer le meilleur du budget dont vous disposez, il est important de bien vous informer sur les prix pratiqués. Pour cela, vous pouvez vous appuyer sur les comparatifs qui vous sont présentés sur ce site.

L’insertion dans le cadre paysager

Si vous optez pour un récupérateur d’eau visible, la question de son intégration dans votre jardin est importante. Il ne faudrait pas qu’il le défigure ! Aussi, il vous faut prendre en compte des critères esthétiques pour que votre bac s’intègre parfaitement au cadre paysager de votre habitation.

Selon vos goûts et le style de l’environnement de votre maison, vous pouvez opter pour un modèle :

  • Design
  • Original
  • Moderne
  • Sobre
  • Traditionnel
  • Avec une forme spécifique : tonneau, pot de fleurs, amphore, par exemple
  • De la même couleur que votre mobilier de jardin ou que vos murs
  • Caché par un coffrage en bois
investir judicieusement dans un récupérateur d'eau de pluie

La garantie offerte

Selon les fabricants, les matériaux, le type d’installation, …, les durées de garantie varient énormément. Elles sont bien souvent de 2 à 5 ans, mais elles peuvent atteindre 50 ans. Cependant, de nombreuses cuves sont proposées sans aucune garantie. Pensez qu’elles vous donnent une indication sur la durée de vie en bon état de votre équipement et donc de la date à laquelle vous devrez le remplacer.

Les meilleures marques de cuve

Les marques les plus citées sont :

  • Belli
  • Garantia
  • Eda
  • Graf
  • Nicoll
  • Landi
  • Hubo
  • Iga
  • Kijiji
  • Rona
  • Renson
  • Elho
  • Hornbach
  • Interplast

N’oubliez pas les accessoires utiles à votre récupérateur d’eau de pluie !

Généralement, les commerçants proposent des récupérateurs d’eau de pluie sans accessoires. Autrement dit, vous ne disposerez que de la cuve, le plus souvent avec son couvercle.

Pour récupérer l’eau de pluie de vos toits, il est indispensable de prévoir d’acquérir au minimum :

  • La citerne de stockage de l’eau
  • Le collecteur de raccord à votre gouttière : Pour une cuve basique d’extérieur, il existe des kits comprenant toutes les pièces, y compris des filtres.
  • Le socle pour les cuves aériennes : Rarement fourni avec la cuve, il est indispensable pour pouvoir placer un arrosoir à un niveau inférieur de la cuve (si l’esthétisme vous indiffère, vous pouvez opter pour quelques parpaings).

Outre ces éléments indispensables, d’autres accessoires sont intéressants pour votre système de récupération d’eau pluviale :

  • Grilles ou crapaudines à placer dans vos gouttières pour retenir les feuilles mortes
  • Filtres divers (minéraux, charbon actif, céramique, …) pour une eau encore plus nette
  • Pompe électrique pour obtenir de l’eau avec de la pression
  • Jauge pour indiquer le niveau d’eau et connaître le niveau de remplissage du bac
  • Système d’arrosage fixé directement sur la citerne

Quel est le prix d’un bac de collecte ?

Le prix d’un bac d’eau de pluie varie en fonction principalement de son volume et de sa matière. D’autres facteurs influencent aussi le tarif que vous allez payer, comme la qualité de fabrication ou la marque. Des frais supplémentaires peuvent être à prévoir, tels que les frais de livraison ou d’installation du système.

Voici un rapide comparatif des prix pour un bac de 1.000 litres d’eau :

  • 15 à 70 euros pour une petite cuve bon marché
  • 150 à 500 euros pour un réservoir aérien de 1000 L
  • 700 à plus de 5000 euros pour une citerne enterrée

Existe-t-il des aides pour acheter un réservoir d’eau ?

Vous vous demandez sans doute s’il existe des aides publiques étant donné qu’il s’agit d’un équipement écologique qui va préserver la ressource en eau. Sachez que malheureusement non, il n’y a pas d’aide au niveau de l’État français. Un dispositif de crédit d’impôt a existé, mais il n’est plus d’actualité.

Par contre, de plus en plus de collectivités souhaitent favoriser la récupération d’eau. Certaines (peu encore) proposent des subventions. Aussi prenez le temps de vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir si la commune, la communauté de communes (ou d’agglomération, urbaine, …), le Département ou la Région ont mis en place des aides.

Découvrez les meilleurs modèles de récupérateur d'eau de pluie

Comparatifs des modèles de récupérateur d’eau de pluie

Sur ce site web, plusieurs comparatifs vous sont offerts pour faire le meilleur choix de système de collecte d’eau pluviale :