Pourquoi et de quelles manières peut-on récupérer l’eau de pluie ?

Une étude démontre que la terre est extrêmement riche en eau. Parmi toute celle-ci, seule 3 % est constituée d’eau douce. Cette rareté amène donc à une conclusion : l’eau doit être économisée. La récupération de l’eau de pluie se pose alors comme une alternative efficace. Que ce soit à l’intérieur de la maison ou à l’extérieur, celle-ci doit être privilégiée. Pour information, cette eau servira à nettoyer la maison, à alimenter les chasses d’eau des toilettes ainsi qu’au lavage complet des engins à moteurs. En quoi cette eau de pluie est-elle importante ? Quelles sont les bonnes pratiques pour économiser son eau ? Nous en parlons.

La récupération de l’eau de pluie : à quoi consiste-t-elle ?

La législation française admet que chaque foyer est libre de disposer et d’utiliser les eaux de pluie qu’il récupère à partir de sa maison. Ceci est stipulé dans l’article 641 du Code civil. Ainsi, récupérer l’eau de pluie qui s’écoule de sa toiture est à envisager, que l’on soit un simple ménage disposant d’une maison individuelle ou d’un bâtiment destiné à l’habitation collective.

Les bonnes raisons de se servir de l’eau de pluie

Vous aspirez à réduire votre empreinte écologique et à réaliser des économies en termes d’eau ? La récupération d’eau de pluie est une première option. Cela fait même l’objet d’un arrêté, celui du 21 août 2008. Il faudra néanmoins souligner que l’eau pluviale est loin d’être potable. En effet, celle-ci dispose des éléments micro organiques issus de la pollution de l’air, ce qui est susceptible de nuire à la santé.

Les utilisations de l’eau de pluie en extérieur

L’eau de pluie venant de votre toiture peut très bien remplacer l’eau du réseau urbain, lorsqu’il s’agit d’assainir son habitation. Pensez alors à vous en servir à bon escient. Utilisez-la pour laver votre moyen de transport quotidien. A ce titre, un passage à l’eau savonneuse suffit pour redonner de l’éclat à un vélo, une auto ou un scooter.

On parlera également du nettoyage en général de l’extérieur de la maison. Qu’il s’agisse d’un meuble de jardin, d’un balcon, et même d’une terrasse, l’eau pluviale fera l’affaire. Celle-ci sera aussi à privilégier si vous avez un mini jardin de fleurs dans votre logement et que vous voulez les arroser de temps en temps. Pour finir, disposer d’une réserve d’eau dans votre récupérateur vous permettra d’intervenir efficacement dans le cas d’un incendie.

Les usages de l’eau de pluie dans une maison

A l’intérieur d’un logement, l’utilisation d’une eau de pluie sera plus restreinte. Néanmoins, cela est toujours envisageable. Pour commencer, vous pouvez vous en servir pour laver le sol. Votre linge peut aussi en profiter. Dans tous les cas, songez à vous servir d’un filtre avant d’utiliser l’eau. N’oublions pas que celle-ci n’est pas dénuée de substances polluantes. Cette ensuite traitée pourra alors ensuite être exploitée pour l’alimentation de la chasse d’eau des toilettes.

Quelles sont les méthodes qui permettent de récupérer l’eau de pluie ?

Dans l’idéal, pensez à mettre en place un dispositif de récupération. Sur le marché, vous trouverez une panoplie d’équipements. On citera, en premier lieu, le récupérateur de pluie aérien. Il s’agit ici d’un grand récipient qui sera posé en surface qui peut contenir jusqu’à 3 000 litres d’eau en moyenne. Notons que son installation est facile. Cela ne demande aucune autorisation préalable, et encore moins un permis de construire architecte.

Ensuite, nous avons le récupérateur de pluie enterré. Comme son nom l’indique, c’est une sorte de cuve que l’on doive enterrer sous le sol. Il a l’avantage d’être discret. De plus, certains modèles permettent de valoriser de très grandes quantités d’eau de pluie, allant jusqu’à 20 000 litres. A l’inverse du récupérateur d’eau de pluie aérien, celui-ci nécessite la réalisation de travaux d’excavation, ce qui explique son aspect coûteux.

Quelles sont les conditions pour pouvoir installer un système de récupération d’eau de pluie ?

Avant de vous lancer dans vos projets, sachez que la mise en place d’un récupérateur d’eau présente des pré-requis. La loi stipule, à ce titre, que votre dispositif devra disposer d’un filtre des polluants tant au niveau de l’air que de la toiture. Aussi, l’eau récupérée devra utiliser un circuit autre que le circuit d’eau potable.

La législation exige, par ailleurs à ce que chaque point de consommation soit identifié avec un pictogramme affichant une mention explicite « eau non-potable ». Le toit ne devra être constitué ni de plomb ni d’amiente ciment. Quant aux robinets utilisés pour l’eau de pluie, ils devront faire l’objet d’un verrouillage.

Autre point important, vous devrez entretenir régulièrement votre matériel tout en assurant la mise en jour continue de votre carnet de suivi sanitaire. Dans la mesure où l’eau est rejetée dans les égouts, une déclaration à la mairie s’impose. La quantité d’eau que vous utilisez dans votre logement ainsi que votre adresse doivent y figurer.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer